L'anatomie interne du dromadaire

Chapitre 8 : Les reins

Le système urinaire: le système urinaire ou système excrétoire est un ensemble d’organes qui produit, stocke et élimine l’urine. Cela inclut les reins, mais aussi les uretères, la vessie et l’urètre.

Les reins

Le rein
 1. Cortex rénal

 2. Medulla

 3. Papille

 4. Calice

 5. Bassinet

 6. Colonne

 7. Pyramide

 8. Capsule Renal

 9. Uretère

 © B. Faye

Le rein est l’un des organes chez le dromadaire qui joue un rôle central dans la régulation hydrique et la réabsorption de nombreux métabolites et électrolytes. Notamment, il est responsable de l’équilibre hydrique et électrolytique en cas de déshydratation et de réhydratation rapide comme cela arrive souvent dans cette espèce. Il joue aussi un rôle important dans le recyclage de l’azote alimentaire, remarquable chez le dromadaire et qui explique la capacité de l’animal à survivre avec des rations faiblement nutritives. L’activité enzymatique est généralement plus élevée dans le rein du dromadaire que dans le foie contrairement aux autres herbivores (Bengoumi et al., 1997).

Le volume du rein de dromadaire est d’environ 850 cm3 et son poids d’environ 1000 g. Le rein gauche est légèrement plus lourd que le droit (Tayeb, 1948). Les dimensions sont environ de 19 cm de long, 12 cm de largeur et 9 cm d’épaisseur (rein gauche) pour 18 x 11 x 8 cm chez le rein droit.

Le rein du dromadaire est très différent de celui des bovins. Ils sont bruns, en forme de haricot et surtout dépourvus de lobes. L’un des côtés présente une courbe convexe et l’autre côté une courbe concave comme pour le rein de l’homme. La cavité liée à la partie concave interne s’appelle le bassinet rénal (9% du volume du rein) qui se continue avec l’uretère, le canal amenant l’urine vers la vessie. Chaque rein est enveloppé d’une membrane transparente, la capsule rénale, qui a une fonction protectrice.

Le rein est divisé en deux grandes parties : (1) une zone externe de couleur brune appellée cortex rénal qui représente 51% du volume total de l’organe, et (2) une zone interne de couleur rouge appelée medulla (39%). A l’intérieur de la medulla, on compte environ 12 (parfois plus) sections coniques dénommées « pyramides rénales » séparées les unes des autres par une partie plus claire appelées colonnes rénales (Abdalla and Abdalla, 1979).

© B. Faye
Rein de dromadaire en coupe transversale
© B. Faye
© B. Faye
1. Rein gauche
2. Rein droit
© B. Faye

L’artère rénale procure le sang aux reins et lors de l’entrée dans l’organe, le sang est filtré et revient au cœur par la veine rénale. Les reins sont très irrigués et sont donc pleins de vaisseaux sanguins, parties intégrantes de la fonction rénale dont ils sont un élément de l’efficacité fonctionnelle du rein. La structure de base du rein est appelée néphron. A l’intérieur du rein, existent des millions de structures microscopiques, responsables de la filtration du sang et de l’enlèvement des déchets. L’épaisseur importante de la medulla rénale (7,89 cm chez le dromadaire) est un indicateur de la quantité de néphrons avec de longues anses de Henlé, caractéristiques de l’espèce et qui expliquent la capacité du dromadaire à produire une urine hypertonique (Schmidt-Nielsen, 1964).

Une autre particularité du rein de dromadaire est la présence de plis dans le bassinet. Ces plis permettent une association étroite entre le bassinet et la medulla, ce qui facilite le recyclage de l’urée. Dans le cortex rénal du dromadaire, les tubules représentent 76% du volume, soit environ 335 cm3 et une surface moyenne d’échange de 9.5 m². Ceci indique la capacité du dromadaire à réabsorber l’eau. Ainsi, en général, le dromadaire possède les reins avec les requis anatomiques pour la production d’urine concentrée (hypertonique).

La localisation normale des reins est sur la partie dorsale de la cavité abdominale. Le rein gauche se situe sous les vertèbres lombaires, juste au dessus du rumen, près des apophyses transverses des 5ème, 6ème et 7ème vertèbres lombaires. Le rein droit est situé avant le gauche, dans le creux du flanc entre la 12ème côte et l’apophyse transverse des deux premières vertèbres lombaires.

Références :

Abdalla M.A., Abdalla O., 1979.
Morphometric observations on the kidney of the camel, Camelus dromedarius.
J. Anat., 129, 45-50.

Bengoumi M., Faye B., De La Farge F., Olson W.G., Rico A.G., 1997.
Clinical enzymology in the dromedary camel (Camelus dromedarius). Part I. Enzyme activities and distributions of AST, ALT, GGT, AP and LDH in liver, kidney, muscle, myocardium and blood.
J. Camel Pract. Res., 4, 19-23.

Schmidt-Nielsen B., 1964.
Organ systems in adaptation. The excretory system. In: Handbook of Physiology, ch. 13.
(Ed. D.B. Dill, E.F., Adolf and C.G. Wilber), Washington D.C., American Physiological Society.

Tayeb M.A.F., 1948.
Urinary system of the camel.
J. American Vet. Med. Assoc., 113, 568-578.

 


Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement
Informations légales © Copyright Cirad 2001 - camel@cirad.fr